Installer LMMS 0.4.13 (Linux MultiMedia Studio) sur Ubuntu 12.04.

Plop les bovins.

LMMS est un logiciel gratuit multi-plateforme constituant une bonne alternative aux programmes commerciaux comme FL Studio®. Grâce à ce petit soft vous allez pouvoir produire de la musique avec votre ordinateur. Ça inclut la création de mélodies de rythmes, la synthèse et le mélange de sons et la possibilité d’organiser des échantillons.

Vous pourrez vous amuser avec votre clavier MIDI et bien plus encore, le tout à l’aide d’une interface conviviale et moderne.

Caractéristiques et fonctionnalités :

Song-Editor pour composer des chansons.

A Beat + Bassline-Editor pour la création de beats et de lignes de basse ( ça c’est pour moi :) ).

Piano-Roll pour l’édition rythmes et des mélodies.

Un mélangeur FX avec les voies FX 64 et un nombre importants d’effets, permettent des possibilités de mixage infinies.

Beaucoup d’instruments puissants et de plugins présents nativement.

Une compatibilité accrue avec de nombreuses normes telles que SoundFont2, VST (i), LADSPA, patchs GUS et MIDI prises en charge.

Options d’importations de fichiers MIDI et FLP (Fruityloops ® Project).

Et bien d’autres choses encore.

LMMS m’a l’air d’être une application vraiment sympa pour les artistes en herbe qui veulent se lancer dans l’édition musicale sans un rond en poche. Les alternatives propriétaires étant hors de prix ça ne coûte rien de l’essayer.

Si vous avez l’habitude d’utiliser ce genre de soft et que vous voulez essayer la bête sur Ubuntu (10.04 à 12.04), vous pouvez le faire à l’aide de ces quelques lignes :

sudo apt-add-repository ppa:dns/sound

sudo apt-get update && sudo apt-get install lmms

Si par hasard vous vous y connaissez et que vous l’utilisez, ça serait cool de venir nous faire un petit retour histoire de savoir ce que vous en pensez.

Amusez vous bien.

Moo !!!

Source

Créez vos QR codes sur Ubuntu avec Qreator 0.1

Plop les bovins.

Qreator 0.1 est vraiment le genre d’application que j’aime bien dans le sens ou elle est simple, bien faite et surtout bien pensée.

Ce petit soft permet de créer et d’enregistrer des QR codes directement depuis votre poste de travail avec en prime quelques options sympathiques.

Elles sont pour le moment au nombre de 4 :

URL : Permet de créer un QR code à partir d’une URL.

Texte : Permet de créer un QR code contenant du texte.

Géolocalisation : Permet de générer un QR Code affichant une map ou il est possible de naviguer (zoomer / dézoomer) avec un rendu de haute qualité. Le QR code évolue en fonction de la navigation.

Et la dernière option qui me plaît vraiment bien « Réseau Wifi » : Celle-ci permet de créer un QR code contenant les données d’un points d’accès wifi, le type de chiffrement, le SSID de l’ap et sa clé afin de les restaurer ou de les partager facilement .

Cette application est très simple à utiliser.

Il suffit de double cliquer sur l’icône de l’option dont vous avez besoin, d’entrer les informations dans les champs requis et d’enregistrer le QR code.

Vous pourrez ensuite les stocker sous forme d’images et les utiliser à votre guise (voir image en haut du billet).

Pour installer le bel animal, il va falloir entrer ces quelques lignes dans votre terminal :

sudo add-apt-repository ppa:dpm/ppa

sudo apt-get update && sudo apt-get install qreator

Amusez vous bien.

Moo !!!

Source 

Sortie de Pulse Audio 2.0.

Plop les bovins.

Pulse Audio est un processus d’arrière-plan conçu pour accepter l’entrée d’une source sonore et la rediriger vers des dispositifs tels que nos cartes son, ou d’autres processus.
Il permet le mélange de plusieurs flux audio, la lecture ou l’enregistrement sonore sur une machine différente de celle où il est exécuté et offre également la possibilité de gérer les volumes de manière individuelle pour chaque application.

Voici un petit schéma très bien fait pour les technophiles (source unixmen.com) :

Les développeurs de PulseAudio ont annoncé la sortie de la version 2.0, qui est livrée avec quelques nouvelles fonctionnalités que vous trouverez sur l’annonce de sortie.

Si vous voulez en savoir plus sur ce soft que l’on utilise au quotidien (sans y faire attention) sous GNU/Linux, je vous invite à lire l’excellent article linuxfr.org.

Edit : Et un petit commentaire qui vaut le coup d’être intégré au poste ;)

Je me permets une petite simplification pour les moins technophiles d’entre nous (après tout ce blog est à large audience :-)

* Sous Linux, la carte son ne peut accepter qu’une seule source à la fois. Un seul programme, donc. Ca veut dire que si vous êtes en train d’écouter tranquillement du Paul Wells et qu’une pub à la con balance un « coin », votre séance d’extase musicale s’en verra brutalement interrompue avec les conséquences qu’on imagine sur votre humeur du jour.


=> Solution : utiliser un « serveur de son » qui va intercepter toutes les sources audio, les mélanger pour former un seul son global, et l’envoyer à la carte audio qui restitue le tout. Pulseaudio sert justement à ça, mais pas que.

* La grande force de Pulseaudio (comparé à des solutions plus basiques comme ALSA) c’est de prendre en compte le réseau. Ca veut dire que, au lieu d’envoyer le son à jouer directement à la carte audio de la machine actuelle, il peut l’envoyer à une autre machine pour « faire du bruit à distance ». Un exemple (idiot) : Amarok joue un MP3 sur votre PC portable et le son sort sur votre smartphone. Ca paraît inutile comme ça, mais y a des applications sérieuses, si si j’vous jure !

Moo !!!

SourceImage

EA arrive avec 2 jeux sur Ubuntu | Suite et fin (des haricots).

Plop les bovins.

Je vous parlais dans ce billet de l’arrivée de 2 jeux EA dans l’Ubuntu Software Center et de la présence de ces derniers à L’UDS d’hier (qui pouvait laisser supposer une bonne nouvelle).
En guise de bonne nouvelle on pourrait plutôt parler de douche froide.
Cette annonce a fait du bruit pour pas grand chose car dans les faits, la présence de EA à l’UDS n’a pas laissée place à un quelconque espoir d’avancée dans le domaine des jeux en « natif » sous GNU/Linux. Il n’y a pas eu non plus d’annonce fracassante laissant supposer un partenariat avec Canonical, dans le but de faire avancer les choses dans ce domaine.

On a tout au plus appris que 14 titres tournant sous Wine pourraient bientôt arriver sur Ubuntu.
Bon en revanche on a appris que pour EA des jeux tournants sous Wine étaient considérés multi-plateformes.
Moooah ah ah ah.
Bref, j’éspère juste qu’il n’auront pas le toupet de faire payer les gens pour ça, du vent quoi. Pour une fois que je voulais être optimiste, ça m’apprendra tiens, adieu veaux, vaches, cochons …
Mooargh !!!
Sur ce, je vais faire ma ronde au lieu de troller …

La consommation collaborative prend de l’ampleur sur internet.

Plop les bovins.

Si il est un phénomène qui commence à faire parler de lui et à prendre de l’ampleur sur internet, c’est bien la consommation collaborative. Si vous ne voyez pas de quoi il s’agit, sachez que le principe est de mettre en relation des gens qui ont des besoins spécifiques mais ponctuels.

Si je prend mon cas de figure je suis à peu près autant bricoleur que beau grand et riche, autant dire que je ne suis pas vraiment très doué. Si demain j’ai besoin d’une perceuse je me vois mal en acheter une pour percer deux trous et la laisser ensuite moisir dans une armoire faute d’en avoir besoin au quotidien.
La meilleur solution pour moi est donc d’en louer une ou de me la faire prêter pour un usage ponctuel. 
Il y a des tonnes d’exemples de ce type où si on n’y prend pas garde on consomme à perte.
Le résultat est un gros gaspillage, vous perdez de l’argent et vous contribuez a polluer l’environnement   de déchets inutiles.
Aujourd’hui il y a une alternative à ce gros gaspillage. Il existe des plateformes qui proposent de mettre en relation des gens pour que ceux-ci puissent profiter d’un objet ou d’un service de manière ponctuelle et ce en accord avec leur besoins.
J’avoue que je suis assez sensible à ce genre d’initiatives car il y a un moment déjà que j’ai commencé à essayer de consommer de manière « responsable ». Je ne suis pas le seul , le contexte économique actuel s’y prête à merveille à l’heure où les gens disposent de moyens financiers réduits.
Si ce genre d’initiative collaboratives vous intéresse, je vous invite à jeter un oeil à cet article, il parle de ce phénomène qui est en train de prendre de l’ampleur.
Je l’ai trouvé intéressent , il nous pousse à réfléchir et à nous interroger sur notre mode de consommation.
À méditer.
Bonne lecture.
Moo !!!
Source Twitter @JocelynFournier, Image

Ubuntu 12.04 "Classic Menu Indicator" | Retrouvez le menu classique des applications dans Unity.

Plop les bovins.

Si Unity ne fait pas l’unanimité, l’organisation et ‘ergonomie du Dash en est grandement responsable. 
Alors on peut me dire ce qu’on veut sur la pseudo ergonomie et le paradigme du bordel (que je n’ai pas du saisir), mais une chose est sûre de mon point de vue. Je ne vois pas ce qui peut être plus pratique et fonctionnel qu’un simple menu déroulant pour accéder rapidement à ses applications courantes ou non. 
Il y a bien sûr les raccourcis clavier, mais quand je vois le nombre d’applications que j’utilise tous les jours ou occasionnellement, il me faudrait une mémoire d’éléphant pour toutes les retenir. 

Voilà un petit applet qui tombe à pic dans ce contexte. 
La mise à jour de « Classic Menu Indicator » va vous permettre de retrouver le menu classique sur Ubuntu 12.04. Vous pourrez ainsi effectuer des recherches, gérer, lancer et installer des applications sans devoir passer pas le Dash.
Une fois que l’applet est installé, il se loge dans le top panel sous la forme d’une icône reprenant le logo Ubuntu.
Si vous avez envie d’installer le bel animal sur Precise, il va falloir entrer ces quelques lignes dans votre terminal :

 sudo apt-add-repository ppa:diesch/testing

 sudo apt-get update

 sudo apt-get install classicmenu-indicator

Amusez vous bien.

Moo !!!

Source

Walch 3.0 | Changez de papier peint automatiquement sous Gnome, Unity etc…

Plop les bovins.

Si vous êtes des adeptes du changement et que vous aimez varier les plaisirs en terme de fonds d’écran, « Walch » est une application qui est faite pour vous. 
Elle va vous permettre d’automatiser le changement de vos fonds d’écran en fonction de vos envies.


Une fois installée l’application dispose d’une interface très claire et simple ce qui la rend facile à utiliser. Il suffit de lui indiquer les bonnes options et le tour est joué.


Vous lui indiquez le répertoire où se trouve vos images et vous pouvez ensuite :

  Planifier les changements en spécifiant un intervalle régulier.

  Vous pouvez choisir un intervalle aléatoire.

  Utiliser des captures d’écran ou vidéos en place et lieux de vos fonds d’écran.

  Prévisualiser vos paramètres. 

Bref une application bien sympa que vous pouvez installer sur Ubuntu (Gnome/Unity) d’un simple :

 sudo apt-get install wallch 

Vous pouvez utiliser une ancienne version de Wallch sur Ubuntu 11.10 en entrant le PPA suivant :

 sudo add-apt-repository ppa:wallch/wallch-ppa 

 sudo apt-get update && sudo apt-get install wallch

Pour les autres distributions vous pouvez télécharger les sources ou les binaires sur cette page.

Amusez vous bien.

Moo !!!

Source, Site officiel