La presse papier veut aussi son bout de gras et taxer les FAI (et nous).

Plop les bovins,

Ça fait un moment que les grands journaux traînent la patte. J’en parlais déjà en décembre dans ce billet. Certains d’entre eux ont même tout bonnement abandonné leur modèle papier comme  » France soir « .

Ne parvenant toujours pas à trouver un nouveau modèle économique, ceux-ci partent désormais d’un principe simple « taxer ». Si la musique, le cinéma on le droit à des compensations, pourquoi pas eux ?

Ceux-ci aimeraient bien en effet une taxe sur le numérique afin de ponctionner tout ça.

Les echos résument cela en ces termes,  » Il s’agirait de taxer les acteurs du numérique, tels que les FAI, les portails, les fabricants de matériel, les moteurs de recherche, etc, et de redistribuer les sommes perçues aux éditeurs de presse en ligne « .

Il faut se rendre à l’évidence, pour moi la presse dans sa version papier est vouée à disparaître je n’en démords pas et ce pour une raison simple et évidente  » l’hyper connectivité « .

Aujourd’hui en trois clics on a accès à de l’info à gogo de manière rapide et massive (pas toujours de qualité je vous l’accorde). Difficile de penser quand même que dans ce contexte, les gens puissent encore se limiter à un 1 journal quand des milliers de sites, dans des centaines de langues, proposent de l’info accessible en deux secondes et temps réel.

Je me pose dès lors une ou deux questions.

La presse papier à le droit d’exister et de persister dans un modèle voué à devenir obsolète si elle en a envie, c’est son problème. Mais le fait qu’elle n’arrive pas à trouver un (son) modèle économique doit il impliquer que la seule solution soit de tout taxer encore et encore ?

C’est tout ce qu’on sait faire en France ?

Je ne vois pas ce qu’une taxe changera au fait que les gens aillent de moins en moins dans les kiosques . La presse papier doit évoluer (se numériser ou devenir ultra-spécialisée) et se remettre en question. Si elle n’est pas capable de le faire, ce n’est pas une taxe qui va l’empêcher de  » crever à petit feu « .

L’argent ne remplacera jamais de  » bonnes idées et l’innovation « .

Bonne chance ….

Moo !!!

[source]