The Freedesktop Summit – Un projet de collaboration entre les développeurs de KDE, Gnome, Unity et Razor-Qt pourrait voir le jour

The freedesktop

Plop les bovins,

Si les environnements de bureau pour GNU/Linux sont nombreux, GNOME, KDE, Unity, Razor-QT, et qu’ils ont beaucoup évolué au cours de ces dernières années, tout n’est pas rose pour autant. Il est apparu au fil du temps pas mal de dissensions autour de ces différents projets, qu’elles soient internes ou externes, qui ont engendré pas mal de polémiques et de dispersions.

C’est dans ce contexte qu’a eu lieu ces derniers jours à Nuremberg, dans les locaux de SUSE, un sommet réunissant quelques développeurs de KDE, Razor-QT, Gnome et Unity, dans le but d’établir un dialogue et un partenariat visant à améliorer « globalement » les différents environnements de bureau et leur intégration dans le noyau Linux.

Le sommet de Freedesktop » a eu pour but d’attirer l’attention sur plusieurs problèmes liés à la mise en œuvre de D-Bus dans le noyau Linux et sur l’élaboration éventuelle d’un nouveau type de format « standard » pour les fichiers d’index, qui pourrait bénéficier à chaque environnement de bureau et rendre ainsi plus facile et cohérente leur intégration au sein du kernel.

Je ne vais pas me perdre en considérations techniques sur un sujet que je ne maîtrise pas moi-même, mais le point intéressant de ce sommet est qu’il laisse entendre que les principaux développeurs envisagent ou tout du moins espèrent, pouvoir travailler ensemble à l’avenir et ce dans le but améliorer la structure globale de GNU/Linux, avant de privilégier leur propres intérêts.

Réelle motivation ou vœux pieu ? Personne ne saurait encore le dire…

Cependant la prise de conscience paraît plus que nécessaire et urgente pour l’avenir de GNU/Linux. Je trouve que la guerre que se livrent les différents desktops est assez malsaine et qu’elle est en grande partie responsable de l’éclatement des communautés de développeurs.

Si certains considèrent cela comme une possibilité de voir émerger de nouveaux projets, ce qui en un sens n’est pas faux, je pense quand même que l’aspect contre-productif se fait sentir et qu’il est « globalement » plus néfaste que bénéfique pour Linux.

Si Linux se traîne péniblement dans le secteur du desktop, la bataille que se livrent les différents environnements de bureau n’y est peut-être pas pour rien.

Si vous voulez en savoir un peu plus sur ce sommet et que l’anglais ne vous fait pas peur, vous pouvez consulter le compte-rendu de ce dernier sur cette page.

Amusez-vous bien.

Moo!

source



9 Responses

  1. H2L29 21 avril 2013 / 1 h 20 min

    ayant testé OpenSuse une fois ou 2 je doit dire que le travail d’assemblage est d’une qualité d’orfèvre, du bootloader au bureau y a pas un pet de travers. pour le coup GNU/Linux3 a plus une maturité bêta qu’autre chose et qu’ils doivent en chier pour construire leur distro, je peux comprendre qu’ils n’ont pas envie de se lancer dans une aventure similaire à Unity qui leur ferai dépenser beaucoup trop d’énergie, il vaut mieux travailler avec les outils et développements déjà en place

  2. manifesto 20 avril 2013 / 11 h 52 min

    Ce serait vraiment top de pouvoir changer d’environement en retrouvant ses petits à chaque fois.

    Par contre trop lier un environement au noyau est pas une bonne idée à mon avis.
    Le probleme est le poids important du duo redhat/gnome qui semblaient jusqu’à présent plutot pousser leurs solutions sans prendre compte des avis des projets qui ont moins de poids.

    • noireaude 20 avril 2013 / 12 h 07 min

      Euh oui et non, je pense que le but n’est pas une intégration des desktops en question, mais plutôt de fournir une base (un format unique) leur permettant d’être intégrés d’une manière optimale et plus « standardisée ».

      Après le poids de Redhat/Gnome n’est que très relatif à mon avis, en terme de desktop.

      Je ne dis pas que c’est faux hein, mais je pense que pour Canonical et les forks qu’Ubuntu a engendré Mint par exemple, c’est la gourmandise qui a fait le reste.

      Les désaccords avec Gnome leur ont surtout donné une très bonne occasion de légitimer leur séparation et leur décision de suivre leur propres voies.

      Si Ubuntu n’avait pas eux le succès qu’on lui connaissait à l’arrivé de GNOME Shell, je ne sais pas si ils seraient partis de leur côté avec un truc comme Unity. Idem pour Mint.

      Au final ils n’ont fait que surfer sur la vague des mécontents pour prendre le contre-pied de l’un ou de l’autre, afin de gagner des utilisateurs en fournissant leur solution « maison ». Ils ont en toute connaissance de cause choisi d’agir en « solo » pour leur propres intérêts de mon point de vue.

      • NeoSting 20 avril 2013 / 17 h 21 min

        Rassure-toi, je vais être modéré dans mes propos. :D En fait, si Gnome ne s’était pas clashé tout seul, il est effectivement fort probable que Unity n’aurait jamais vu le jour. Hors, Gnome n’était logiquement pas compatible avec le desktop « touch ». Aujourd’hui, le fait que Canonical ait choisi d’y aller en solo lui a permis aussi de revoir l’avenir du desktop, comme on peut le voir avec Unity Mobile. Gnome Shell se veut plus « touchy » aussi mais quid des smartphones et tablettes ? Sans eux, il n’y aurait pas d’alternative à Android, et Apple. Hors, elle arrive, et ça fait du bien. Je considère donc cet éclatement comme un mal pour un bien. Reste effectivement à ce qu’une plus grande uniformité des desktop soit mise en place. C’est ici une évolution logique, mais le noyau restera un noyau, pas un desktop, où c’est la mort de Linux.

        • noireaude 20 avril 2013 / 17 h 39 min

          En réfléchissant bien et même si ça m’arrache la bouche de l’admettre, car je n’aime pas Unity et globalement la politique menée par Canonical sur certains points. Et que ça me désole de voir autant de communautés éclatées.

          Cet éclatement a bien eu des effets bénéfiques en permettant aux autres de chercher à se repositionner pour pas se faire bouffer.

          Ça a crée une certaine dynamique. Je ne peux pas te contredire objectivement sur ce point là :)

  3. A. 20 avril 2013 / 11 h 18 min

    L’intégration des environnements de bureaux DANS le noyau Linux ? Je connais des barbus qui vont hurler ! =D

    • noireaude 20 avril 2013 / 11 h 22 min

      J’ai conscience de la tournure un peu trash de cette phrase mais bon…

      Au final un noyau sans desktop ne sert pas à grand chose (pour le commun des mortels) et l’inverse est encore plus vrai. Même si le terme « intégration » n’est qu’une illusion ;), c’est plus simple pour tout le monde :)

      • A. 20 avril 2013 / 23 h 38 min

        Venant d’un mec qui rechigne quand on ne mets pas « GNU/ » devant « Linux », je me marre =D « T’as bien changé, t’étais cool avant… » =P

        • noireaude 21 avril 2013 / 0 h 55 min

          Je ne pense pas avoir changé, je suis le seul dans mon cercle de veille à parler de GNU/Linux dans 99,99% des cas. Pour les autres GNU a totalement disparu de leur vocabulaire.

          Après je reste pragmatique, Stallman lui même dit que Linux ne sert à rien sans desktop et vice et versa.

          Bon, le raccourci est violent et certainement abusé, je te l’accorde ;)

Comments are closed.