Test Polari – Le futur client #IRC by Gnome

Ce qui distingue les nouvelles applications « maison » de Gnome, c’est qu’elles adoptent des interfaces minimalistes permettant de faire les choses bien et simplement. Bien entendu pour beaucoup d’utilisateurs ce n’est pas suffisant et dans certains cas il préfèrent se tourner vers de solutions plus complètes. J’avoue que j’aime assez le principe (hormis peut-être Nautilus) et j’ai été content d’apprendre qu’une nouvelle application répondant au nom de Polaris allait faire son apparition. Polaris a pour but de venir compléter la liste des applications Gnome, en fournissant un client IRC minimaliste très facile à utiliser.

Le développement de Polaris vient à peine de commencer et parmi les fonctions d’ores et déjà évoquées nous relèverons :

  • La possibilité de paramétrer facilement une connexion IRC
  • L’intégration d’un système de notification interne clair et efficace
  • L’intégration de la prise en charge du système de notification de GTK3+
  • L’intégration des contacts Gnome APP dans le client
  • L’affichage d’un aperçu des liens
  • L’intégration d’un système de transfert de fichiers

Et sans doute bien d’autres choses encore, qui apparaîtrons au cours des diverses phases de développement. Étant toujours en Unstable sous Manjaro et de surcroît sous Gnome 3.10.1, j’ai eu envie de faire le cascadeur et de tester pour vous la première ébauche de ce nouveau client IRC.

Alors dans les faits il est sympa mais jeunesse oblige, il ne fait quasiment rien de ce qu’on lui demande (et de ce qui est annoncé) ou alors très mal. Ce n’est pas bien grave et tout à fait normal pour un projet qui débute, le contraire aurait été étonnant. J’ai quand même réussi à vous faire quelques screenshots en me bagarrant un peu et ce que l’on peut déjà voir s’annonce pas mal du tout.

Sur la première capture vous pouvez voir à quoi ressemble la fenêtre de paramétrage des connexion :

  • Il suffit d’entrer l’adresse du serveur (ici freenode.net)
  • Un description (freenode.2 par exemple)
  • Son pseudo (lvl)
  • Et si vous le souhaitez, votre nom réel ou un autre pseudo (lavachelibre)

Une fois que c’est fait il ne vous reste plus qu’à rejoindre le salon de votre choix (ici #la-vache-libre) :

Comme vous pouvez le voir sur cette capture je suis arrivé à bon port, mais le premier problème que j’ai relevé est que les noms des connectés n’apparaissaient pas. Ne figuraient dans la liste que chanserv et nickserv, alors que des gens étaient présents. J’ai pu néanmoins envoyer un message qui est passé sans soucis.

En fait je devais avoir un gros souci avec mon œil droit (celui qui est côté lampe de chevet et sans doute à ce moment aveuglé par celle-ci). L’icône en haut à droite permet d’afficher la liste des utilisateurs et le fait bien (honte à moi).

Ici j’ai testé l’envoi d’un message privé qui est passé non sans quelques caprices.

Pour le reste j’ai testé quelques commandes de base comme /msg NickServ, /join, /quit, /part, /msg ChanServ INFO etc, qui ont semblé fonctionner correctement.

Alors ce n’est certes pas un gros test de bourrin, mais le but était surtout de voir à quoi ça ressemblait et je ne fus pas déçu. Il faudra attendre encore un peu avant que Polari puisse être utilisé mais une chose est sûre, c’est un bon départ et je pense qu’avec un soft pareil même mémé panda pourra faire de l’#IRC. C’est cool!

Si vous avez envie d’en savoir plus sur ce nouveau projet qui soit dit en passant implique la team Redhat, voici quelques liens utiles.

Polari ne peut pour le moment être compilé que depuis Gnome 3.10.  Si un peu de cascade vous tente aussi et que vous vous êtes en unstable, vous pouvez l’installer sur Manjaro et Archlinux depuis AUR.

[EDIT]

Voici les liens pour Fedora 20 (merci à Bochecha) :

Et procédez ensuite à l’installation.

yum install polari

Amusez-vous bien.

Merci à Régis pour le signalement (oui, notre Régis:))




23 Responses

  1. Salamandar 17 octobre 2013 / 4 h 24 min

    Question très conne, mais… Comment récupère-t-on le code à compiler ? :°

    • noireaude 17 octobre 2013 / 11 h 40 min

      Tu as un lien vers les sources sur le site Gnome.

      • Salamandar 17 octobre 2013 / 12 h 56 min

        J’ai pas trouvé autrement que par le dépôt Git ^^
        Bon, je pense que c’est parce que je suis sous Cinnamon, mais configure plante : GOBJECT_INTROSPECTION_REQUIRE(0.9.6). Dommage encore !

        • bochecha 17 octobre 2013 / 13 h 26 min

          Le message que tu as te dit simplement qu’il te manque les headers de gobject-introspection.

          Sous Fedora, il te faudrait installer le paquet gobject-introspection-devel, sous Debian/Ubuntu, je **crois** que c’est gobject-introspection-dev

          Évidemment, il te le faudra en version supérieure à 0.9.6.

          Ceci dit, le configure risque de planter juste après, quand il te demandera les headers de Gtk en version > 3.9.12, ainsi que d’autres bibliothèques dans des versions assez récentes.

          En gros, si ta distribution ne livre pas GNOME 3.10, tu ne pourras pas le compiler, à moins d’utiliser JHBuild.

          • noireaude 17 octobre 2013 / 14 h 39 min

            [En gros, si ta distribution ne livre pas GNOME 3.10, tu ne pourras pas le compiler]

            Ce n’est pas faute de l’avoir précisé dans le billet :)

            • Salamandar 18 octobre 2013 / 22 h 17 min

              J’espérais quand même, vu que Cinnamon est basé sur G3 :)
              Bon, j’aurais essayé !

  2. Polo 16 octobre 2013 / 11 h 12 min

    Je pense que la liste des noms à gauche correspond plutôt à la liste des chans ouverts. Nickserv et chanserv ont du te « parler » et donc apparaissent, à partir du moment où tu as envoyé un message à noireaude, il est apparu. Logique, non ?

    • noireaude 16 octobre 2013 / 11 h 15 min

      Oui c’est les chans ouverts. Le truc c’est que c’est tout ce que j’ai réussi à avoir (sauf quand je parlais à l’un ou l’autre). Mais bon il était tard, me suis peut-être gaufré dans la manière de l’utiliser. :)

      • bochecha 16 octobre 2013 / 11 h 37 min

        La liste des gens connetes s’ouvre dans un panneau lateral a droite, en cliquant sur l’icone a droite de la headerbar.

        • noireaude 16 octobre 2013 / 11 h 41 min

          Ah p@%#! l’était vraiment tard :) J’ai honte…

        • noireaude 16 octobre 2013 / 11 h 55 min

          Voilà j’ai édité pur remettre un peu d’ordre :)

  3. bochecha 16 octobre 2013 / 4 h 59 min

    Pour ajouter une connexion, plutot que de taper l’url du serveur a la main, il est plus facile de passer par GNOME Online Accounts, qui depuis 3.10 permet d’ajouter les connexions IRC (entre autres).

    Sinon, pour ceux qui veulent le tester sous Fedora 20, je maintiens des paquets :

    http://repos.fedorapeople.org/repos/bochecha/polari/

    Il suffit d’installer le paquet qui configure le depot :
    http://repos.fedorapeople.org/repos/bochecha/polari/fedora-20/x86_64/polari-preview-repo-20-1.fc20.noarch.rpm

    Puis un simple « yum install polari » et le tour est joue.

    Je garantis pas que je vais rebuilder tous les jours depuis le dernier Git HEAD, mais je fais ca une a deux fois par semaine.

    • regish 16 octobre 2013 / 9 h 58 min

      Cool merci pour ton travail sur ce logiciel ;). Sinon je me suis toujours demandé en quoi consiste le travail de mainteneur sans vraiment chercher à me renseigner…Est-ce compliqué ? Faut-il savoir programmer ? Que fau-t-il faire ? Merci pour ton éclairage…

      • bochecha 16 octobre 2013 / 10 h 44 min

        Alors que ce soit clair, mon « travail sur ce logiciel » se limite à faire des paquets, et avoir soumis 2 ou 3 patches triviaux justement en rapport avec le packaging.

        Je fais vraiment pas grand chose sur Polari. :)

        Pour ce qui est du « travail de mainteneur », il y a deux choses à distinguer : le mainteneur upstream et le mainteneur de paquets dans une distribution.

        J’imagine que tu parles du second.

        En quoi ça consiste ?

        L’idée c’est que upstream produit une archive (tarball) des sources, qu’il faut compiler/installer avant de pouvoir utiliser l’application.

        Un mainteneur de paquets, c’est quelqu’un qui va compiler les sources, et en faire un truc (un paquet) facilement installable par l’utilisateur (via un double click, via un gestionnaire de paquets, une app store,…).

        C’est pas spécialement compliqué, mais la courbe d’apprentissage est assez raide. Une fois que t’en as fait un par contre…

        Savoir programmer n’est pas nécessaire, mais ça aide. Surtout quand (pour une raison ou pour une autre), le code ne compile pas sur ta plateforme, parfois il faut ouvrir le code source et patcher. Ou bien quand tu packages pour une distribution avec des règles de qualité aussi draconiennes que Fedora, parfois faut ouvrir le code source, voir ce que fait le programme, pour pouvoir lui faire faire la même chose mais différemment (par exemple, le programme s’installe dans un dossier qui ne respecte pas les conventions, tu dois l’adapter). Mais en général, on fait ça avec upstream, pas tous seuls, donc en ne sachant pas programmer, tu vas juste devoir attendre qu’upstream veuille bien s’en occuper, plutôt que de leur soumettre un patch directement. ;)

        Ce qui est utile par contre, c’est d’être assez « intime » avec une distribution Linux et son fonctionnement (le FHS, les standards Freedesktop, comment les bibliothèques sont chargées dynamiquement, qu’est-ce que ça veut dire « compiler », etc…). Mais au final, ce sont des skills que tu acquiers en packageant, donc c’est pas vraiment un pré-requis non plus.

        J’espère que ça répond à ta question.

        Et toutes mes excuses à la vache libre pour ce pavé complètement hors-sujet. :]

        • regish 16 octobre 2013 / 11 h 16 min

          Merci pour ta réponse, finalement ce n´est pas sorcier et c´est un très bon moyen de participer au mouvement. En tout les cas grace à ta réponse clair je sais que je pourrai m´y mettre un jour. Ps : Un pavé intéressant est comme une plume pour le lecteur :o). Merci

          • noireaude 16 octobre 2013 / 11 h 21 min

            Tu n’as pas le temps. Tu as des billets à finir. Je ==> :D

            • regish 16 octobre 2013 / 12 h 07 min

              Ah oui c´est vrai :D

              • noireaude 16 octobre 2013 / 12 h 11 min

                Bon au pire on peut voir ça comme de l’immersion et comme une interveiw potentielle :)

                Ça serait pas mal comme titre : Régis. Interview d’un Packager Gnome (euh KDE) :)

                • regish 16 octobre 2013 / 12 h 20 min

                  Bon il faudra quand même attendre un peu hein j´avais déjà essayé la traduction du Francais vers l´Allemand pour Mageia sans trop de succès, même si ce n´est pas pareil il faut du temps pour arriver à produire quelque chose et je n´en ai plus :(…Ou il faudrait mieux le gérer, difficile.

                  • bochecha 17 octobre 2013 / 13 h 27 min

                    Si tu n’as pas le temps, il faut le prendre. ;-)

                    (plus facile à dire qu’à faire, je sais :-P)

                    • regish 17 octobre 2013 / 13 h 34 min

                      Oui je sais ou comme dit mieux le gérer…D´ailleurs il me semble que c´est aussi une des choses que dans nos écoles Francaise nous n´apprenons pas, gérer le temps…Pourtant c´est utile dans un premier temps pour les études puis pour la suite…Mais c´est un autre sujet.

        • noireaude 16 octobre 2013 / 11 h 18 min

          Non c’est cool et le HS est de mise ici :). Je me posais justement la question. J’entendais souvent le terme packager mais je n’avais qu’une vague idée de ce que c’était. C’est maintenant plus clair :)

    • noireaude 16 octobre 2013 / 11 h 20 min

      Merci pour les liens Fedora. Je ne pense jamais à vérifier sur cette distribution ce qui est dommage (surtout quand on parle d’une appli Gnome). Pour Gnome Online Account je savais, mais j’aime pas ce truc :)

Comments are closed.