Tutorial The Gimp par The Golden Ribbon (deviantart) – Réalisez vos propres fonds d’écran.

Article soumis et rédigé par Noireaude

Plop les bovins !!!

C’est un fait nous utilisons quasiment tous un fond d’écran sur nos machines et nous nous somme tous demandé au moins une fois, comment font les artistes pour créer de belles images à partir de rien. Outre le fait d’avoir de l’imagination, The Gimp et Inskape font assez souvent partie de leur trousse à outils et pour ne rien gâcher, ils savent s’en servir.

Golden Ribbon (deviantart), à eu l’idée de nous proposer un tutorial The Gimp, pour que nous puissions nous aussi nous y mettre et faire de jolis fonds d’écran.

Il l’a fait de manière assez originale, en le proposant sous la forme de deux infographies qui résument très bien la marche à suivre. Il aborde les différentes étapes points par points, à l’aide d’images renforcées par des explications détaillées.

Le résultat est un guide à la fois minimaliste et très complet. Il s’avère très facile à comprendre et à utiliser et va sans doute faire plaisir à pas mal de monde.

C’est vraiment une très belle initiative.

Si ça vous tente vous pouvez vous procurer ce guide en suivant les deux liens ci-dessous :

Tutorial Gimp par The Golden Ribbon (partie 1)

Tutorial Gimp par The Golden Ribbon (partie 2)

Amusez-vous bien.

Moo !!!

Ps : N’hésitez pas à partager avec nous vos créations si vous vous lancez.

source

Configurer son compte SIP Freebox avec Linphone.

Article soumis et rédigé par : Lei00

Plop les bovins !!!


Si vous avez décidé d’utiliser enfin votre compte SIP Freebox, et que vous cherchez un tutoriel pour vous guider pas à pas lors de la configuration de votre compte, alors ce qui va suivre risque de vous intéresser.

En ce qui concerne le logiciel, mon choix s’est porté sur Linphone qui est un logiciel de vidéo-conférence qui utilise le protocole SIP pour assurer la communication audio et vidéo. Son interface est simple et il est relativement facile à configurer.


Le tutoriel correspond à la dernière version en date de Linphone (actuellement : 3.5.2) qui est présente sous Archlinux. Un tutoriel pour Ubuntu est disponible dans la documentation Ubuntu pour la version correspondante (Sous precise: 3.3.2.).

Activation du compte SIP Freebox :

Tout d’abord, assurez-vous que votre compte Freebox SIP est activé et bien configuré. Pour cela rendez vous sur le Portail Freebox, rubrique “Mon Compte”.
Une fois connecté, allez dans “Téléphonie” puis “Paramétrer mon compte SIP”.
Puis, activez votre compte s’il est inactif et choisissez un mot de passe (10 caractères minimum).

Configuration de Linphone :

Avertissement :  Les termes utilisés sont ceux de l’interface Linphone francophone, cependant cette dernière risque de ne pas fonctionner si la langue de votre système est en anglais, aussi les termes anglophones sont également présents entre parenthèses.
Pour configurer votre compte , rendez-vous tout d’abord dans les options de configuration en allant dans:
Options” puis “Preferences”

Configuration du réseau :


Tout d’abord, allons dans « Paramètres réseau » (“Network Settings” ) ensuite dans la partie « Paramètres liés au pare-feu »(“NAT and Firewall” ), on peut choisir entre:

« Connection directe à internet » (“Direct connection to the internet” ) : si on n’est pas sur son réseau personnel. 

« Derrière un pare-feu (utiliser STUN) » (“Behind NAT / Firewall (use STUN to resolve)” ) et rentrer son adresse IP dans la zone : »Serveur STUN » (“Stun server”).

Configuration de votre identité :


Ensuite, il faut aller dans la partie « Gérer mes comptes SIP » (“Manage SIP Accounts”), dans la partie « Comptes SIP via des proxy » (“Proxy accounts”), cliquer sur « Ajouter » (“Add”). Une fenêtre apparaît alors et demande les informations suivantes:

« Votre identité SIP » (“Your SIP identity”):sip:095*******@freephonie.net
« Adresse du proxy SIP » (“SIP Proxy address »):sip:freephonie.net « 
« Route (optionnel) » (“Route (optional)”):
« Période d’enregistrement »(“Registration duration (sec)”):1800

Il faut également cocher : “Register” et “Publish presence information”

C’est alors qu’un dialogue apparaît et vous demande :

Please enter your password for username 095******* at domain “freephonie.net””

A ce moment là entrez:

UserID”: 095*******
« Mot de passe » (“Password”): **********

Ensuite, il faut revenir sur les paramètres du « Comptes SIP via des proxy » (“Proxy accounts”), dans le champ “Your SIP identity”, il faut enlever le @freephonie.net (oui, je sais c’est bizarre, mais il n’y a que comme ça que ça marche).
Une fois terminé, appuyer sur « Fermer » (“Done”).

En revenant sur l’interface initiale, tout en bas dans « Identité actuelle » (“My current identity”) choisir “sip:095*******@freephonie.net”

Voila, il ne vous reste plus qu’à appeler votre correspondant en utilisant la numérotation internationale, à savoir par exemple pour la France, ce sera : +33********* etc…

Moo !!!

Changer quelques paramètres de Grub-pc (cascadeurs seulement).

Plop les bovins !!!

Grub est un élément de notre système auquel on ne fait plus forcément attention avec le temps (sauf quand il déconne), mais qui pourtant reste essentiel. Le bon démarrage de votre système en dépend et quand GRUB fait son « chonchon » vous le savez tout de suite, en général c’est « panique à bord ».

On va voir aujourd’hui comment changer quelques paramètres, afin que le bel animal colle un peu plus à nos besoins.

Attention quand même : Si vous ne savez pas bien ce que vous faites je vous déconseille fortement de mettre vos pattes dans le fichier de configuration de Grub. Si vous vous plantez c’est la cata assurée et votre système refusera tout bonnement de démarrer, alors prudence (cascadeurs seulement).

Ceci étant dit et si vous êtes toujours là, commencez par invoquer le fichier de configuration à l’aide de la commande suivante :

sudo gedit /etc/default/grub

Vous devriez alors voir apparaître la fenêtre suivante :

Les lignes qui nous intéressent pour le moment sont les suivantes, (je n’ai mis que celles qu’on va modifier) :

GRUB_DEFAULT=0 :

Cette première ligne va nous permettre de placer la sélection sur la ligne que l’on désire utiliser lors du démarrage, elle peut être utile quand vous avez plusieurs OS installés sur votre machine.

Par défaut sa valeur est à 0 ce qui indique à Grub de se placer automatiquement sur la première entrée dans le menu de démarrage. Changez cette valeur sur l’entrée que vous souhaitez utiliser par défaut, si il s’agit de la ligne 3 alors remplacez 0 par 2 (merci Mr A pour la précision) et enregistrez les changement.

#GRUB_HIDDEN_TIMEOUT=0 :

Cette ligne va vous permettre d’afficher ou non le décompte dans Grub lors du démarrage de votre machine.

Par défaut le décompte n’est pas visible car la ligne est commentée à l’aide du symbole « # ». Si vous voulez afficher le décompte il suffira juste de décommenter cette ligne en enlevant le « # », ce qui nous donnera ceci :

GRUB_TIMEOUT=10 :

Je suppose que vous avez déjà compris que cette ligne détermine la durée du décompte avant le lancement automatique de l’entrée sélectionnée par défaut.

Si vous avez besoin de plus ou moins de réflexion avant de vous décider il suffit bien entendu d’adapter le chiffre à vos besoins.

#GRUB_DISTRIBUTOR=`lsb_release -i -s 2> /dev/null || echo Debian` : 

Vous pouvez décommenter cette ligne pour que les différentes informations concernant les modules et les erreurs éventuelles soient affichés lors du démarrage de votre PC.

On notera également deux lignes situées plus bas que vous pouvez modifier, la première sert à changer la résolution d’affichage de Grub au démarrage :

#GRUB_GFXMODE=640x480

Vous pouvez la décommenter et utiliser la résolution de votre choix si celle par défaut ne vous convient pas.

La deuxième peut être décommentée si vous voulez profiter d’un petit « Bip » au démarrage (c’est rigolo mais vite gonflant en revanche) :

#GRUB_INIT_TUNE="480 440 1"

Quand vous aurez fini de peaufiner vos réglages n’oubliez pas d’enregistrer les changements et terminez par la mise à jour du ficher de configuration à l’aide de la commande suivante :

sudo update-grub

Voilà, on a fait le tour de quelques options de base et un peu customiser notre bon vieux Grub.

Ce dernier permet encore bien plus de paramétrages mais vous n’en aurez pas vraiment besoin au quotidien, ce qu’on a vu dans ce billet est largement suffisant.

Si vous voulez en savoir un peu plus et aller plus loin, rien ne vous empêche de consulter la doc Ubuntu.

Amusez-vous bien et soyez prudents.

Moo !!!

Weechat – Un client IRC en ligne de commande qui a du chien.

Plop les bovins !!!

Suite à une discussion avec Mydjey ce dernier m’a conseillé un petit client IRC sympa nommé Weechat, qui s’utilise en ligne de commande. Après quelques déboires (et un peu d’aide), il se trouve qu’il n’est au final pas si compliqué que ça à utiliser, en plus d’être vraiment très pratique et léger.

Si ça vous tente on va voir comment installer la bête et faire nos premiers pas dans le monde « barbu » des IRC.

En ce qui concerne l’installation pas de bile à se faire, Weechat est présent dans les dépôts et un simple sudo apt-get suffit :

sudo apt-get install weechat

NB : Weechat est un client IRC en constante évolution et de nouvelles versions sortent assez souvent, il existe un PPA permettant de garder le bel animal à jour. Si ça vous tente vous pouvez l’installer à l’aide de ces quelques lignes de commande :

sudo add-apt-repository ppa:nesthib/weechat
sudo apt-get update
sudo apt-get install weechat (ou "sudo apt-get upgrade" si vous avez déjà une ancienne version PPA installée)

L’installation étant faite nous allons passer à l’utilisation de Weechat, qui commence bien entendu par l’ouverture d’un terminal dans lequel nous allons entrer la commande suivante :

weechat-curses

Vous devriez alors arriver sur une fenêtre qui ressemble à cela :

La première chose à faire à ce stade est de se connecter sur la plateforme IRC de votre choix, on va prendre freenode.net pour notre exemple.

Entrez la commande suivante dans le champs contenant le curseur :

/connect irc.freenode.net

Vous devriez vous retrouver alors avec cette fenêtre :

NB : Flashcode nous signale aimablement qu’il est préférable d’utiliser la méthode suivante pour se connecter :

Plutôt que « /connect irc.freenode.net » il est recommandé de faire « /connect freenode » (cela utilise le serveur freenode par défaut, alors qu’une adresse crééra un nouveau serveur temporaire, non sauvegardé).

Pour plus d’infos, /help connect, ou bien cf le « quickstart »: 

http://weechat.org/files/doc/devel/weechat_quickstart.fr.html

Comme vous pouvez le constater Weechat récupère le nom de votre machine pour vous attribuer un pseudo. Vous pouvez vous en contenter ou bien entendu choisir un autre pseudo (pour peu qu’il ne soit pas encore réservé) :

Pour changer le pseudo il faut entrer la commande suivante :

/nick mon-pseudo

Si il est réservé un message d’erreur s’affichera, il faudra alors en choisir un autre sinon vous serez automatiquement kické du serveur.

Pour utiliser un pseudo réservé entrez la commande suivante :

/msg NickServ identify *Mot**de**passe*

Si tout c’est bien passé vous devriez vous retrouver logué avec le pseudo de votre choix, ou celui que vous avez réservé :

À ce stade il ne reste plus qu’à rejoindre le canal IRC de votre choix pour papoter (ici #ubuntu-fr), en entrant la commande suivante  :

/join #ubuntu-fr

Pour quitter une discussion et rejoindre un autre canal il faut entrer :

/part

Et pour quitter l’application un simple /exit suffit.

Ce n’est bien entendu qu’une introduction assez sommaire destinée à vous faire découvrir ce soft très attrayant, mais Weechat est bien plus complet que ça.

Il existe une tonne de scripts et de plugins qui peuvent compléter cette application et une tonne de commandes et de raccourcis clavier utilisables.

Je commence à peine à en faire le tour et je l’adore déjà.

Si ça vous tente vous pouvez en savoir bien plus en consultant la doc Ubuntu de Weechat (en partie maintenu par Mydjey) et en vous rendant sur le site officiel du bel animal.

Pour savoir comment réserver un pseudo sur freenode via weechat, vous pouvez consulter ce guide et si vous voulez plus de screens vous pouvez aussi consulter cette page.

Amusez-vous bien et merci à Mydjey pour le partage (et le coup de main).

Moo !!!

HP Linux Imaging and Printing (HPLIP) – L’installation facile de drivers HP sur Ubuntu.

Plop les bovins !!!

Ces dernières années nous avons pu constater une nette amélioration de la prise en charge matérielle pour GNU/Linux. HP n’est pas en reste et a travaillé à la libération d’un ensemble de pilotes pour ses imprimantes, offrant ainsi un meilleur soutient à Linux.

HP Linux Imaging and Printing (HPLIP) est un petit outil que vient de publier Hewlett-Packard, disponible sur Ubuntu et dérivés et qui a pour but de faciliter l’installation des pilotes pour votre imprimante.

Ubuntu installe par défaut les principaux moteurs de HP mais souvent cela n’inclut pas le support des derniers modèled imprimantes, alors pour être à jour de ce côté-là, rien de plus simple.

Il va falloir commencer par télécharger la dernière version de HPLIP et le placer dans votre /home. Une fois que c’est fait il va falloir lancer le fichier :

sh *.run

Vous aurez ensuite le choix entre différents modes d’installation, choisissez le mode automatique (a), appuyez sur Entrée et confirmez en cliquant sur (y).

Une fois l’installation achevée vous aurez accès au menu du Gestionnaire de périphériques HP.

Cliquez sur « + » pour ajouter votre imprimante en choisissant la méthode de connexion, usb, wifi, lan etc et cliquez sur Continuer.

Il ne vous restera plus qu’à ajouter la vôtre si elle se trouve dans la liste et à en profiter.

Amusez-vous bien.

Moo !!!

source + image

NB : N’ayant pas d’imprimante je n’ai pas pu tester, n’hésitez pas à me faire signe si j’ai oublié un truc ;)

Transformez votre OpenSuse en Rolling Release grâce à Tumbleweed.

Plop les bovinautes !!!

La majeur partie des utilisateurs de distributions GNU/Linux aiment bien avoir une version stable dans les pattes, mais ces derniers ne crachent pas pour autant sur les derniers paquets à la mode et se languissent souvent de devoir attendre la prochaine version de leur distribution pour pouvoir en profiter.

Tumbleweed est un projet qui peut certainement plaire aux utilisateurs d’openSUSE, car il va leur permettre de faire d’une pierre deux coups. Ils vont en effet pouvoir profiter d’une distribution stable, tout en pouvant accéder aux derniers paquets non moins « stables » de leurs applications préférées et ce, sans devoir attendre la prochaine sortie de leur distribution.

Tumbleweed est un projet initié par Greg Kroah-Hartman dont le nom ne vous a sans doute pas échappé si vous suivez les mises à jour du noyau Linux dont il est l’un des contributeurs.

Si vous voulez en profiter et faire de votre distribution openSUSE une rolling release (un peu comme Arch Linux), il vous suffit d’installer le repo qui va bien et qui fonctionne pour les versions 12.1 et 12.2 d’openSUSE.

Il suffit d’entrer les lignes suivantes dans votre terminal :

sudo zypper ar --refresh \ http://download.opensuse.org/repositories/openSUSE:/Tumbleweed/standard/ \ Tumbleweed

sudo zypper ar --refresh \ http://download.opensuse.org/distribution/openSUSE-current/repo/oss/ \ 'openSUSE Current OSS'

sudo zypper ar --refresh \ http://download.opensuse.org/distribution/openSUSE-current/repo/non-oss/ \ 'openSUSE Current non-OSS'

sudo zypper ar --refresh \ http://download.opensuse.org/update/openSUSE-current/ \ 'openSUSE Current updates'

zypper ar -f -n packman http://packman.inode.at/suse/openSUSE_Tumbleweed packman

Une fois que c’est fait il va falloir créer un fichier Tumbleweed.conf dans le répertoire  suivant : /etc/zypp/vendors.d/

Il faudra ensuite l’éditer (pensez à remplacer nano dans la commande par l’éditeur de fichiers que vous utilisez, Gedit par exemple) :

nano /etc/zypp/vendors.d/Tumbleweed.conf

Copiez ensuite les informations suivantes dans le fichier avant de l’enregistrer :

[main]

vendors = suse,opensuse,obs://build.opensuse.org/openSUSE:Tumbleweed

Si tout c’est bien passé vous devriez pouvoir profiter de votre openSUSE devenue maintenant une rolling release.

Si vous voulez en savoir plus ou si vous devriez rencontrer un problème, vous pouvez consulter la page du portail Tumblemeed.

Amusez-vous bien.

Moo !!!

source, image

Installer Mate Desktop 1.4 sur Ubuntu 12.10.

Plop les bovins !!!

Les bureaux ne manquent pas sous GNU/Linux et c’est tant mieux car tous ne font pas l’unanimité.
Unity et Gnome Shell proposent des environnements que pas mal de monde trouvent déroutants, XFCE est souvent jugé trop vieux, Cinnamon trop jeune, KDE trop bling bling, LXDE trop LXDE et feu Gnome 2 s’est éteint (a été exécuté), nous laissant orphelins.

Pas facile de s’y retrouver dans tout ça et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y a pas mal d’âmes en peine essayant de retrouver un bercail bien chaud et douillet.

Mate n’est peut être pas la solution ultime mais c’est un environnement qui vaut le coup que l’on s’y attarde, surtout si on a pas encore encore trouvé chaussure à son sabot.

Il s’agit d’un Fork qui propose de retrouver l’expérience de Gnome 2 tout en étant compatible GTK3. Il est très léger et véloce et peut convenir aux utilisateurs cherchant un environnement réactif et fonctionnel.

Ubuntu 12.10 Quantal arrivant à grand pas, nous allons voir comment installer Mate sur le bel animal.

Il va falloir tâter du terminal et entrer les commandes suivantes :

sudo add-apt-repository "deb http://packages.mate-desktop.org/repo/ubuntu quantal main"

sudo add-apt-repository "deb http://repo.mate-desktop.org/ubuntu quantal main"

sudo apt-get update && sudo apt-get install mate-archive-keyring

sudo apt-get update && sudo apt-get install mate-core mate-desktop-environment

Une fois que vous avez installé ces dépôts il ne vous reste plus qu’à effectuer une déco / reco pour que les changements prennent effet et que vous puissiez profiter de votre nouvel environnement de bureau.

NB : Les dépôts suivants auront l’avantage d’être mis à jour automatiquement dans le cas ou une nouvelle version viendrait à être publiée, ce qui est plutôt confortable.

Si vous voulez en savoir plus sur le projet Mate vous pouvez vous rendre sur la page officielle du projet.

Amusez-vous bien.

Merci à lffl.org pour le tuto.

Moo !!!

Comment réinitialiser Compiz et Unity sur Ubuntu 12.10.

Plop les bovins !!!

Sur Ubuntu 12.10 Compiz et Unity utilisent désormais Gsettings en place et lieu de Gconf, de ce fait la commande « unity –reset » qui permettait de réinitialiser Unity dans les versions précédentes d’Ubuntu ne fonctionne plus.

Dans le cas où certains paramètres d’Unity ou de compiz viendraient à rendre l’âme sur Ubuntu 12.10, voici une nouvelle méthode permettant de les rammener à leurs réglages par défaut.

Il va falloir dans un premier temps installer dconf-tools :
sudo apt-get install dconf-tools
Pour réinitialiser Compiz vous pouvez utiliser cette commande :
dconf reset -f /org/compiz/
Pour réinitialiser Unity la commande suivante devrait fonctionner à nouveau :
unity --reset
Utilisez ensuite celle-ci pour relancer la bête :
setsid unity
Pour afficher les paramètres de Compiz vous pouvez vous servir de cette commande :
dconf dump /org/compiz/
Dernier petit détail, la commande permettant de réinitialiser les icône d’Unity fonctionne toujours par défaut, il suffit donc d’entrer :
unity --reset-icons
Amusez vous bien.
Moo !!!