Terminal – Introduction à vnstat, obtenir des infos utiles sur votre trafic réseau (débutant)

vnstat

Nous avons déjà vu dans ce billet comment obtenir des informations utiles sur notre réseau, grâce à l’utilisation de la commande iftop et nous allons voir dans celui-ci comment faire à peu près la même chose, mais avec la commande vnstat. Ce n’est pas beaucoup plus dur et le procédé est vous le verrez, relativement identique. Alors pour commencer nous allons bien entendu procéder à l’installation de vnstat. Lire la suite

Utiliser la commande « agedu » pour faire un peu de ménage sur votre disque dur

agedu-1
Nous avons beau dire beau faire,  le temps fait son œuvre et notre HD embarque de plus en plus de fichiers au fil du temps, dont certains tombent aux oubliettes et finissent par prendre de la place pour rien. Ce n’est pas un problème quand le nombre de répertoires est peu important mais souvent, ils sont comme les fichiers et ont tendance à se multiplier eux aussi (d’autant plus quand il y a plusieurs utilisateurs sur une machine).

Si vous voulez identifier les fichiers anciens qui peuvent potentiellement être effacés sur votre disque dur, vous avez plusieurs solutions qui peuvent vous aider à le faire, sans devoir errer comme une âme en peine dans les méandres de vos nombreux répertoires. Il y a pas mal de GUI pour faire ça, mais le but du jeu étant quand même de vous fournir de temps en temps quelques petits billets tournant autour du terminal afin que vous puissiez progresser (et par la même occasion moi aussi), nous allons nous arrêter sur une solution faisant intervenir la ligne de commande.

Nous pourrions utiliser les commandes « df » ou « du », mais elles sont un peu austères et ne conviendront peut-être pas aux utilisateurs non habitués à la ligne de commande. Nous allons donc nous arrêter sur la commande « agedu », qui si elle s’utilise aussi en partie en ligne de commande, va quand même vous fournir une interface graphique pour la navigation et l’analyse des informations, via votre navigateur Web.

Elle est très sympa pour ceux qui ont envie de s’initier à la ligne de commande en ayant quand même un support visuel et de plus, elle s’avère très facile à utiliser. Lire la suite

Terminal – Introduction à iftop, obtenir des infos utiles sur votre trafic réseau

iftop-5

Si vous avez besoin de jeter un œil sur ce qui transite par votre réseau (entrant/sortant) et sur la quantité de bande passante qu’utilisent les applications ou services connectés, iftop est un utilitaire sympathique, qui malgré le fait qu’il s’utilise exclusivement en ligne de commande s’avère très simple à utiliser.

Il existe bien entendu des solutions bien plus complètes et pourvues d’un GUI (comme Ettercap-ng ou Whireshark), mais bien que très efficaces celles-ci ne sont pas forcément utiles quand nous souhaitons simplement avoir une vue d’ensemble « rapide », quand nous travaillons sur un serveur, ou quand nous tournons sur une machine disposant de faibles ressources.

Dans ces cas-là, iftop est top (ok facile). Lire la suite

Installer Notify OSD « version patchée » sur Ubuntu – Maj 13.04 (PPA)

Notify-osd-1

Plop les bovins,

Notify OSD est un petit soft pour Ubuntu (plus exactement une version patchée de Notify-OSD ici), qui va vous permettre de paramétrer les notifications d’Ubuntu grâce à une interface graphique simple et facile à utiliser.

Notify OSD va vous permettre entre-autres de changer la police, la couleur de fond, l’opacité, la taille et le rayon d’angle des notifications. Mais aussi de modifier le délai d’apparition des notifications, leur emplacement sur l’écran, de désactiver le Fade out, d’ajouter un option permettant des les fermer en 1 clic et de modifier l’écart entre le panel et les bulles.

Notify-osd-2

Il est très complet et si ça vous tente, on va voir tout de suite comment installer le bel animal sur Ubuntu. Lire la suite

Installer Manjaro Linux c’est facile – La preuve en 20 images

wallpaper-2605535

Plop les bovins,

L’aprem étant pluvieuse, je tournais en rond ne sachant pas trop quoi faire. Je me suis dit alors que c’était une bonne occasion de me mettre à Manjaro Linux, une distribution dont je parle souvent ici même mais que je n’avais pas encore testé.

Ce billet n’est pas un test visant à me prononcer sur Manjaro ou sur ses aspects techniques, car Frédéric l’a déjà fait et qu’il est bien plus doué que moi dans ce domaine.

Ce qui m’intéressait surtout c’était de voir par moi même, qui ne suis qu’un utilisateur de base, si l’installation de cette distribution était aussi facile que ce qui était généralement annoncé.

Je n’ai pas été déçu et 2O images seulement suffisent à s’en convaincre. Lire la suite

Un Dimanche au pré partie 2 – Les jours de pluie.

Article soumis et rédigé par Blacksad

Un Dimanche au pré partie 2.

Les jours de pluie.

Quand il ne fait pas beau on garde les bovins à l’étable, c’est l’occasion de lire, ranger vos photos, réfléchir et de prendre soin de son matos.

LE WORKFLOW (flux de travail), est un mot très la mode dans le milieu artistique mais qui finalement n’a de sens que pour les pros. En gros qu’est ce que c’est ? Tout simplement gagner du temps pour gérer, optimiser et vendre vos photos.

Ça tombe bien, on est des amateurs et comme on est sous Linux, on a du temps : P

Pourquoi je vous parle de ça ? Parce que pas un magazine de photo actuellement n’en parle ! Donc comme il pleut, j’ai été voir mon buraliste et j’ai pris ces deux magazines.

Bon au final c’est ni plus ni moins ce que je fais déjà et dont je vous livrerais plus bas la méthode que vous adapterez (peut-être) : D …

NB : Je ne dis pas qu’ils ne sont pas intéressants, juste que le sujet n’apporte rien de nouveau sous le soleil : D

RÉFLEXION : PENSEZ-EN ARGENTIQUE !

Le numérique est fantastique, on peut faire autant de photos que l’on veut pour 0€ et le RAW permet le post traitement des images, en appliquant des réglages après prise de vue, bien au chaud derrière son ordi.

Tout ça est magique SAUF que les gens ont oublié une notion fondamentale :

Une bonne image se prend dès le départ (une image mauvaise lors de la prise de vue ne sera jamais sauvée par des bidouillages raw, ou des retouches gimp ou toshop!).

Au pire vous perdrez du temps!

La solution réside dans un principe simple pensez en argentique ! Comme si vous n’aviez que 12 ou 24 photos de disponibles et que vous ne souhaitiez pas passer 4h dans un labo dans le noir pour sauver vos images ! [ceux qui ont déjà tiré leur image dans un labo argentique me comprendront]

C’est bizarre hein, mais du coup votre flux de travail [workflow] se trouve considérablement amélioré : D. Mieux, obligez-vous à ne prendre qu’une focale fixe avec votre appareil.

La raison est simple, cela vous oblige à :

Choisir ce qui est essentiel dans la scène à photographier [cadrer c’est choisir]

Ce que vous voulez exprimer [ambiance lumière sujet]

Faire les bons réglages [exposition]

Soigner votre composition [composer, éliminer des éléments, en rajouter,]

Et enfin quand tous est OK, prendre la photo : D

NB : Je vous ferai un billet sur les formats RAW sous Linux plus tard, je teste de nombreux logiciels sous Linux.

LE WORKFLOW du CERVEAU d’un PHOTOGRAPHE :

Il pleut toujours dehors, du coup je feuillette un petit livre fantastique que j’ai dans mon sac photo, 9 à 14 euros en format poche.

Pour illustrer les propos ci-dessus je vous mets ici le schéma de décision d’après Mickael FREEMAN :

Nous reviendrons sur toutes ses notions dans les prochains Posts. Mais cela donne une très bonne idée de ce qui doit se passer dans votre esprit lors de la prise de vue.

Ma façon de voir est un peu différente mais cela n’en demeure pas moins l’un des meilleur schéma de décision pour un photographe :D.

JE PRÉPARE MON MATÉRIEL :

Cool, le soleil a l’air de revenir du coup je commence a ranger mon sac photo : D

D’abord je vais vous livrer le plus grand secret des pros ! Ils utilisent au maximum le pied photo ! Eh oui, c’est bête comme choux mais cela sauve bien des situations et surtout, cela évite tout risques de bouger (ou presque :D). Si vous n’êtes pas encore équipés, choisissez en un si possible en carbone pour le poids (3 ou 4 sections). Ça joue uniquement sur la hauteur.

Si vous voulez faire de la macro, l’idéal est d’en prendre un dont la colonne s’inverse facilement et qui descend au raz du sol ! Dans ce registre point de salut, prenez des marques type manfrotto- benro versatile – gitzo explorer, la Rolls.

Attention, les fabriquant on tendance a surestimer le poids supporté, donc mini 8kg à 12kg : D. Petite précision, le fait d’avoir une colonne excentrée perd un peu de stabilité comparé a une colonne verticale. Pour la rotule en macro on utilise plutôt des boules, mais après c’est affaire de choix : D

Si votre budget est très serré vous pouvez vous contenter d’acheter un pod, ou un bag bean. Vous pouvez d’ailleurs en fabriquer un facilement (sac de haricot ou poids-chiche, même si pour une question de poids il est préférable d’utiliser des billes de polystyrène haute densité, on en trouve dans des coussin ou a l’achat).

Voici un lien pour sa fabrication, c’est très léger et sa sert toujours dans certaines situations :D http://www.agora-photo.com/fabriquer-un-bean-bag-4099.html.

NB : Ça ne remplace pas un vrai pied évidement, mais il faut vraiment que vous envisagiez son achat !

Donc dans mon sac je mets : Mon réflexe, mon 50mm, un déclencheur souple [quelques euros], ça évite les vibrations. Une petite lingette microfibre bien protégée dans une boîte plastique (pas une qui traîne dans le fond du sac plein de miettes), une poire soufflante type camgloss [le top pour quelques euros] (surtout pas de poire bas de gamme, avec des poils au bout, on jette !!!).

Je prends mon flash on sait jamais, un ou deux filtres gris neutre (ND neutral density), ça réduit la luminosité et c’est idéal pour le noir et blanc (16 euros).

Et enfin, un filtre polarisant circulaire (20-30 euros) et une boite étanche (6-15 euros) style pny, ou autre, pour ranger mes cartes mémoire. Vu qu’il pleut étanche c’est mieux : D.

Pour le sac je vous laisse choisir : D, les goût les couleurs tous ça ,,,,,,

Concernant les objectifs pourquoi les pros utilisent ils des séries L, c’est à dire avec des ouvertures très basses 2,8 ? Tout simplement parce qu’un objectif est au top avec 1 ou deux diaph de plus ! C’est donc pour gagner en luminosité.

NB : L’essentiel ne réside pas dans le matériel mais dans votre vision du monde et dans vos connaissances, vos bonnes bases photographiques quoi : D….

ON RÈGLE SON APPAREIL :

Bon finalement l’orage est arrivé c’est foutu pour la photo, obligé de rentrer : /

Du coup je suis repassé chez mon dealer de magazines, pas pour lui rendre les deux premiers mais pour en acheter un autre et là, oh merveille le TOP DU TOP !

C’est bête, mais un appareil photo c’est avant tout un instrument de mesure de la lumière, ni plus ni moins, donc ça se règle.

Le principe est simple, certains appareils décalent leur valeur colorimétrique et il y a un moyen bête comme choux d’ajuster votre appareil tip top !

On achète une charte de gris (il y en a plein sur le net), ça vaut 10-15 euros. On la met devant son appareil plein cadre, on pose son réflexe sur un pied ou une table, avec un angle de 45° par rapport a la charte grise. On ne fait pas de mise au point précise, le papier doit rester flou, et on déclenche !

On regarde ensuite non pas l’écran de son réflexe (qui est toujours faux), mais l’histogramme (voir votre manuel d’appareil) et on vérifie si on a bien un truc du genre :

Si ça ressemble à ça c’est bon, si c’est décalé il faut alors procéder a une correction de votre cellule d’appareil photo. Pas de panique, il suffit simplement d’appliquer une correction d’exposition :

Si décalage à droite votre appareil surexpose

Si décalage à gauche l’appareil sous-expose

Vous pouvez tout d’abord procéder à une correction manuelle +/- de l’exposition, la grande majorité des appareils disposent de cette fonction. Trouvez le menu correspondant et choisissez une valeur de correction tendant selon le cas, soit à la sous exposition (-), soit à la surexposition (+), jusqu’à ce que la barre revienne a la valeur de 127. Si la correction porte sur plus de 2/3 de diaph, courrez chez votre revendeur : D

Une fois que vous avez trouvé la bonne valeur de diaph, on appliquera alors cette correction sur toutes les photos futures, directement dans les menu du reflex. Au pire si vous êtes paumés refaites des photos de la charte de gris, en appliquant les corrections directement dans ce menu :D

Ici sur un canon (image du site canon).

Je vous expliquerai tous ces termes barbares dans un post dédié, ne paniquez pas, il n’y pas urgence :D. D’autant plus que je doute fort que vous soyez déjà allé courir acheter votre charte de gris:P

Vous pouvez également vérifier par ce même procédé si vous n’avez pas de dérive de neutralité des couleurs RVB, en effet le rouge , le vert et le bleu, doivent eux aussi afficher le même pic a 127,5 :D.

Si il y a un décalage on peut corriger également la colorimétrie (voir le manuel de votre appareil ).

Bon ça je le savais déjà ( c’est dans tous les manuels d’appareils, vous savez; le truc qui cale votre bureau et que personne ne lit:D ). Il ma aussi permis de tester mes objectifs (front focus et back focus etc…), et là, je ne savais vraiment pas le faire !

Je ne vais pas reproduire l’article ici, ne serait-ce que par respect pour l’auteur qui a écrit un article que je n’avais jamais vu nulle part avant, de façon aussi clair ! Donc si vous voulez aussi tester vos objectifs (mais surtout les corriger!), voir tester avant un achat a un particulier, procurez vous vite ce mag !

La charte est d’ailleurs disponible sur  le site.

ON TRI, ON RANGE ET ON CLASSE SES PHOTOS :

Bon je vous avais promis de vous livrez ma méthode pour trier et ranger mes photos pour améliorez le WORK FLOW du pro :

Déjà sous Linux il y a plusieurs logiciels, je ne les ai pas encore tous testés, je me contentais donc de Digikam mais c’est affaire de goût :

On peut déjà citer : Digikam , Shotwell, Darktable, Rapid photo,Fotoxx, F-Spot, GTKRawGallery, Phraymd Corel AfterShot pro (payant anciennement Bibble), xNview , Picasa, Geeqie etc…

digikam : http://www.digikam.org/
shotwell : http://yorba.org/shotwell/
darktable : http://www.darktable.org/
xnview : http://www.xnview.com/fr/download.html
fotoxx : http://www.kornelix.com/fotoxx.html
F-spot : http://f-spot.org/
GTKRAWgallery : http://sourceforge.net/projects/gtkrawgallery/
Phraymd : https://launchpad.net/phraymd
corel photo pro : http://www.corel.com/corel/product/index.jsp?pid=prod4670071
rapid photo : http://www.damonlynch.net/rapid/
geeqie : http://sourceforge.net/apps/trac/geeqie/wiki/screenshots
picasa : http://picasa.google.com/

Personnellement celui qui m’a le plus convaincu c’est certainement Shotwell (merci a devil), de par sa vitesse (testé sur 8700 images) et sa gestion des étiquettes par saisie directe (on met juste une virgule).

Quand à darktable il est très efficace dans le taguage des images, c’est a dire l’insertion de copyright, du nom de l’auteur etc, mais son mode de sélection des images n’est pas abouti a mon sens (faute de temps j’ai pas encore tout testé, mais je vous en reparlerai).

Je parle bien ici de cataloguage et non pas de traitement des formats raw, cela fera l’objet d’un futur post. Choisissez et testez par vous même car un logiciel c’est très personnel ! Mais n’en changez plus après, si possible.

Dans tous les cas les gestionnaires de fichiers ne sont absolument pas efficaces. Ne serait-ce que pour gérer efficacement de nombreux flux, mettre des étiquettes et écrire des IPTC voir du XMP…

IMPORTER VOS PHOTOS  (rapid photo est très bien pour ça ) :

à cette étape configurer votre soft pour qu’il renomme vos image de la façon suivante :

Année/mois/jours-lieu-sujet, ou année/mois/jours-intitulé, dans un nouveau répertoire du même nom !

Si le logiciel permet de visualiser vos photos éliminez déjà les très ratés, ou inexploitables, sans rentrer dans un mode de sélection, c’est a dire sans examen détaillé !

Certain logiciel permettent aussi d’inscrire directement vos coordonnées, votre nom et le propriétaire des photos. C’est très pratique pour gérer les droits d’auteurs et de publication (rapid photo ne le permet pas encore a priori, darktable oui mais je continue a tout tester).

NOTER VOS IMAGES (vous savez les étoiles, adoptez ce mode de classement) :

0 = À ne pas trier.

1= À jeter ou détruire. Bah oui, ça paraît con mais ne mettez jamais zéro, sinon vous ne saurez plus si elles ont été triées ou si elles sont à détruire, ça évite les bêtises :D.

Classez les donc selon leur qualité évidente, de 2 à 4

Réservez la note 5 a 10% voir maxi 20% (pour les pro) de vos photos, cette note c’est l’excellence. C’est celles que vous exposeriez ou publieriez !

Soyez extrêmement dur avec cette note !!!

COLLER LES ETIQUETTES :

C’est à dire de bref mots-clef qui s’inscrivent directement dans les images, via L’ IPTC (en gros c’est comme id3 les tag pour la musiques ). Pour ça Shotwell est redoutable => Paris, tour Eiffel, pluie, baiser, pont….

Soyez précis dans vos mots, cela facilite les recherches et la sélection rapide d’images ! C’est primordial !

Dans votre répertoire 2013-02-01-PARIS-etc, créez tous de suite 3 autres répertoires :

1- RAW (mettez tous vos raw)

2- DERAWTISER (c’est là qu’on mettra les images modifiées par un logiciel d’édition raw)


3-RETOUCHE (ici on mettra les images retouchées sous gimp ou autre )

NB : C’est couillon, mais comme ça on ne risque jamais d’enregistrer une modification sur un jpg ou un RAW original !

Là faites une copie de votre ou de vos répertoire sur un autre ou deux autres disques physiques (disque et non partition bien sur!), en cas de crash c’est essentiel ! Pour les plus paranos, on peut utiliser des NAS ou des solutions de cloud.

EXIF, IPTC et XMP sont ce qu’on appel les « Métadonnées » ou (champs d’informations), ils sont stockés directement dans le fichier image !

EXIF sont des informations techniques sur l’image enregistrée par l’appareil numérique, on ne doit pas normalement les modifier !

IPTC et XMP, c’est là qu’on stock les informations propres au photographe lui-même. Par exemple, des légendes (nos étiquettes PARIS, PLUIE etc), des commentaires , ou des informations utiles pour la gestion des droits d’auteur (coordonnées du photographe.téléphone adresse etc..).

XMP ou IPTC core a la particularité d’être éditable par un simple traitement de texte. C’est un fichier lié a l’image et notamment utilisé par des logiciels « non destructif », c’est a dire qui modifie de façon virtuelle vos images! Exemple logiciel DARKTABLE.

Personnellement les IPTC me conviennent déjà beaucoup.

Voilà, merci de m’avoir lu jusqu’au bout, c’était long mais bon. Il ne fait vraiment pas beau ce week-end :P

Rendez-vous dans 15 jours pour un bref rappel des notions de base de la photographie, de l’exposition, et de la composition. Bref de toutes les règles de base !!!

Blacksad.

image

Un Dimanche au pré partie 1 – Présentation.

Article soumis et rédigé par Blacksad

Un Dimanche au pré partie 1.

Présentation.

Salut les bovins c’est Dimanche, j’ai vu de la lumière et je suis rentré pour vous parler de lumière (pas celle de Dieu ne partez pas encore !). Mais d’une nouvelle rubrique bimensuelle (voir +).

On y parlera de photographie, d’art graphique, de vecteur et d’autres petites choses pour passer je l’espère, de bons dimanches. Parce qu’il y en a marre de parler que d’informatique :D.

On va commencer par la photographie. Je ne vais pas vous refaire un manuel photo, même si l’on va quand même reposer quelques bases souvent oubliées !

Chaque post aura un petit cadeau bonux, 1 mini-fiche à imprimer pour mettre ou non dans son sac photo, perso je les utilise encore et j’en ai fait plus de 40, j’ai commencé y a 15 ans déjà. Je livrerai à la fin un fichier *,sla (scribus) pour que vous puissiez y apporter vos propres modifications ou ajouts.

NB : Comme échange de bon procédé je vous demande juste de m’envoyer vos modifs.

Ce petit rendez-vous n’a pas pour ambition de vous donner des règles strictes à respecter. Pour moi, connaître les bases techniques est essentiel si l’on veut justement les transgresser !

Pour finir cette petite présentation je citerais Pierrick Bourgault : « l’automatisme sauve les photos urgentes en anesthésiant la liberté d’action du photographe, les images ne sont plus ratées, mais standardisées!».

En bref, appropriez-vous les règles et faites en ce que vous voulez, pour mieux libérer votre propre créativité.

Blacksad

image

xRandr – Régler la résolution de son écran sous Debian.

Article soumis et rédigé par Régis Hamann

Ce billet va vous expliquer comment régler sa résolution d’écran sur Debian si celle-ci ne figure pas dans les réglages proposés dans les paramètres système, en utilisant la commande xrandr. Souvent nécessaire pour l’utilisation d’un écran externe branché à un laptop par exemple.

Avant de commencer il faut trouver la résolution à définir (voir spec du moniteur).

Pour mon cas je dois passer de 1024×768 60Hz :

À 1280×1024 60Hz :

Succession des commandes au terminal (après avoir branché l’écran externe) :

xrandr : Retourne la résolution max supporté par la carte graphique.

Screen 0: minimum 320 x 200, current 1024 x 768, maximum 4096 x 4096 
VGA1 connected 1024x768+0+0 (normal left inverted right x axis y axis) 0mm x 0mm 
1024x768 60.0* 
800x600 60.3 56.2 
848x480 60.0 
640x480 59.9

Pour voir si ce que je désir est faisable :

gtf 1280 1024 60

# 1280x1024 @ 60.00 Hz (GTF) hsync: 63.60 kHz; pclk: 108.88 MHz 
Modeline "1280x1024_60.00" 108.88 1280 1360 1496 1712 1024 1025 1028 1060 -HSync +Vsync

Retour de gtf :

xrandr --newmode "1280x1024_60.00" 108.88 1280 1360 1496 1712 1024 1025 1028 1060 -HSync +Vsync

Ajouter le mode à xrandr :

xrandr --addmode VGA1 "1280x1024_60.00" :

Activation de la nouvelle résolution :

xrandr --output VGA1 --mode "1280x1024_60.00"

Maintenant il ne reste plus créer un script soit pour activer la nouvelle résolution soit la lancer au démarrage de l’ordinateur.

#!/bin/sh 
xrandr --newmode "1280x1024_60.00"  109.00  1280 1368 1496 1712  1024 1027 1034 1063 -hsync +vsync 
xrandr --addmode VGA1 "1280x1024_60.00" 
xrandr --output VGA1 --mode "1280x1024_60.00"

A enregistrer avec une extension .sh, rendre exécutable (clic droit sur le fichier, propriété) et écrire le chemin du fichier dans l’autostart de votre distribution.

Pour Crunchbang : home/.config/openbox/autostart

Voilà :)

Source : http://forum.ubuntu-fr.org/viewtopic.php?id=632711