Smuxi disponible en version 0.8.11 (client IRC)

smuxi-1

Je dois vous avouer que je n’ai jamais été un grand fan d’IRC, mais chemin faisant et le blog ayant désormais un chan, j’en suis de fait devenu adepte. J’ai donc pris le temps de tester plusieurs clients IRC comme Weechat (que j’aime beaucoup) et Hexchat que j’adore et sur lequel je me suis posé. J’ai également testé d’autres solutions multi-protocole comme Empathy, Pidgin, mais je n’aime pas trop les applications qui font trop de choses en même temps et je n’ai pas été très convaincu par ces dernières.

Smuxi est un client IRC que je ne connaissais pas encore et la sortie de ce dernier en version 0.8.11 a donc été pour moi l’occasion de le découvrir, de vous en parler, mais aussi de l’essayer (vite fait).

Cette nouvelle version de Smuxi embarque diverses améliorations relatives à l’interface, dont une barre d’outils améliorée. On relèvera également la prise en charge améliorée du menu « Messagerie », la possibilité de cliquer sur un nom d’utilisateur pour envoyer une requête de chat, la prise en charge de la commande /exec, l’introduction d’un support initial pour Campfire, l’amélioration de XMPP et divers correctifs se rapportant entre autres à l’utilisation du CPU.

Si vous voulez en savoir un peu plus sur cette version de Smuxi, vous pouvez jeter un œil sur l’annonce officielle.

Comme je le disais plus haut j’ai eu envie d’essayer Smuxi, histoire de voir un peu ce que c’était et si éventuellement il me convenait mieux que les solutions évoquées plus haut. Je n’ai pas été très convaincu au final. Ce client n’est pas fondamentalement mauvais et il peut très certainement plaire aux gens qui veulent des choses simples à utiliser, de ce côté-là je n’ai rien eu à lui reprocher. Mais personnellement je l’ai trouvé quand même un peu fade et certains détails m’ont plutôt déplus.

Au lancement de l’application par exemple (voir image d’intro), vous arrivez sur une fenêtre certes sobre mais ne pas pouvoir  redimensionner sa largeur à ma guise, m’a tout de suite dérangé. N’ayant pas de problèmes de vue particuliers, je n’ai pas nécessairement besoin d’une fenêtre aussi grande et qui soit dit en passant, bouffe les 3/4 de mon petit écran.

C’est encore pire quand vous ouvrez la fenêtre des options qui ne mémorise pas les redimensionnements précédents, qui apparaît toujours à la « nawak » et que vous êtes obligé de réadapter à chaque fois. Tout ça donne l’impression d’avoir un truc bâclé entre les pattes et génère des pertes de temps inutiles.

On finira avec le lancement par relever la présence par défaut du Chan #Ubuntu (dont je me fiche un peu) et que je serais de toute façon assez grand pour aller chercher moi même si je souhaitais m’y rendre. Bref, passons ces détails et comme vous pouvez le constater la suite est assez classique.

Vous choisissez le serveur (Freenode ici) et l’application vous attribue un nom en récupérant celui de votre machine. Un petit /nick « User » pour faire apparaître le pseudo de votre choix et si celui-ci est réservé, il va falloir vous loguer à l’aide d’un petit /msg NickServ identify.

C’est là que le deuxième détail gênant entre en jeu.

smuxi-2

Comme vous pouvez le constater sur l’image ci-dessous, une fois le login effectué le mot de passe relatif à votre pseudo apparaît en clair dans l’historique. Il est donc à la portée d’un œil indiscret traînant dans le coin et franchement, j’aurais trouvé plus judicieux de ne pas afficher le retour ou tout du moins d’y coller des astérisques.

De mon côté ces détails étaient suffisants pour ne pas en faire mon client par défaut et pour ne pas avoir envie de fouiner beaucoup plus loin.

smuxi-3
Pour le reste il n’y a donc rien de spécial à ajouter. On se retrouve face à un client classique, proposant des options de base, prenant en compte les commandes de base et faisant ce qu’on lui demande. Ni plus, ni moins. Je l’ai trouvé plutôt basique et si je pourrais éventuellement le conseiller à des gens peu expérimentés ou cherchant une application simple, je le trouve personnellement globalement insuffisant.

Cela dit comme mon avis n’est pas le seul qui soit valable, que je lui reconnait quand même l’attrait de la simplicité et surtout le fait qu’il soit disponible sur quasiment toutes les distributions et les OS. Le mieux est encore de l’essayer pour vous faire votre propre idée.

Smuxi est disponible sur la plus part des distributions GNU/Linux, sur BSD, MS Windows et Mac OS X, depuis cette page. Si vous tournez sur Ubuntu et que vous voulez la dernière version de Smuxi, vous pouvez aussi utiliser le PPA dédié en entrant ces quelques lignes dans votre terminal.

Installer Smuxi sur Ubuntu et dérivés :

sudo add-apt-repository ppa:meebey/ppa
sudo apt-get update
sudo apt-get install smuxi

Amusez-vous bien et bon test.

source

2 Responses

  1. ytterbium 25 juin 2013 / 12 h 34 min

    Et irrsi ? L’as-tu essayé ?

    • noireaude 25 juin 2013 / 18 h 31 min

      Non j’en ai entendu parler mais je ne l’ai pas encore essayé.

Comments are closed.