nmon – Surveiller son système en temps réel

Un système d’exploitation c’est comme une voiture, si nous voulons que ça tourne correctement et pour longtemps, ça demande un peu d’entretien. Malgré tout il peut parfois arriver que des problèmes surviennent et que nous soyons obligés de fouiner un peu, pour identifier la source du souci. Les outil de monitoring sont très nombreux sou GNU/Linux et peuvent nous aider à surveiller notre système et (ou) à identifier l’origine d’un problème. Nmon est sans doute mon outil préféré dans ce domaine, car il est relativement simple à utiliser tout en étant assez complet. Il permet entre autres d’afficher les stats CPU, mémoire, swap, réseau, des infos sur les utilisateurs, les groupes, les supports de stockages, sur l’utilisation du kernel, les processus les plus gourmands et sur tout un tas d’autres choses très utiles. Si ça vous tente nous allons voir vite fait à quoi ça ressemble.

Pour commencer il va bien entendu falloir l’installer, ce qui peut se faire depuis la plupart des dépôts officiels de vos distributions GNU/Linux. Sur Debian, Ubuntu et dérivés par exemple, un simple sudo apt-get install nmon fera l’affaire.

Une fois installé il suffit de le lancer à l’aide de la commande :

nmon

à la suite de quoi vous arrivez sur un menu principal, qui comme vous pouvez le voir est totalement interactif.

Les différentes options disponibles sont indiquées par des lettres, que vous utiliserez pour accéder aux informations qui vous intéressent. Pour afficher les stats mémoire par exemple, appuyez sur la touche « m » et le tour est joué. Ci-dessous vous pouvez voir d’autres exemples d’options :

  • q – Stop / Exit nmon.
  • h – Consulter l’aide rapide.
  • c – Statistiques cpu.
  • m – Statistiques mémoire.
  • d – État des disques.
  • k – Statistiques noyau.
  • n – Statistiques réseau.
  • N – Statistiques NFS.
  • j – Statistiques système de fichier.
  • t – Statistiques des processus.
  • V – Statistiques mémoire virtuelle.
  • . – Statistiques d’occupation des disques et des ressources processeur.
  • v – Passer en mode verbeux.

En résume nmon est un outil simple qu’il est toujours bon d’avoir dans sa trousse à outil. On précisera également que je dois devenir à moitié gâteux, car en écrivant ces dernières lignes je suis en train de me rendre compte que je vous en ai déjà parlé l’année dernière. Allez, ce n’est pas grave. Ça peut toujours être utile à ceux qui ne le connaissaient pas encore  :)_-

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur nmon, vous trouverez tout ce qu’il vous faut en visitant son site officiel.

Amusez-vous bien.

gniii …




2 Responses

  1. Tony 16 janvier 2014 / 11 h 44 min

    Sympa ce petit programme (que je viens de tester) mais je reste un inconditionnel de htop que je trouve plus pratique. Essayez-le aussi vous pourriez l’adopter ;-)

    • noireaude 16 janvier 2014 / 16 h 08 min

      Je connais bien htop et je l’utilise souvent mais il a quand même un peu moins d’options je pense. Bon après je n’utilise que la commande htop, je ne sais pas s’il peut être accompagné d’arguments pour aller plus loin. Mais en tout cas htop et déjà testé, approuvé et dans ma trousse à outils ;)

Comments are closed.