Commotion l’internet incontrôlable | Rêve ou réalité ?

Plop les bovins.

La mise à jour d’un article Le Monde datant du mois d’Août 2008 m’a fait connaître un projet dont je n’avais pas entendu parler. Le projet en question se nomme Commotion et a pour but d’élaborer un logiciel permettant de créer et déployer des réseaux sans fil haut débit complètement autonomes.

Ces réseaux fonctionneraient sur les fréquences wifi, ils n’auraient pas besoin de relais téléphoniques, de câbles ou de satellites. Il seraient mouvants, décentralisés et disposeraient d’un chiffrage (reposant sur TOR) permettant de rendre le trafic en partie anonyme.
En plus de créer un réseau alternatif il faut préciser également que si une seule machine à accès à internet, les autres pourront alors en profiter aussi.
Le rêve de tout bon hacker qui se respecte quoi.
Tout n’est pas encore parfait car le projet est encore en évolution, mais on peut déjà penser qu’un tel logiciel pourra vite s’avérer utile dans des régions sinistrées, en guerre, pauvres ou pourvues d’infrastructures insuffisantes.
Un tel réseaux peut être également une bonne arme contre la censure toujours grandissante sur un web devenu « marchand »..
En revanche il y a fort à parier que pas mal de monde va tirer la tronche si le projet prend de l’ampleur, à commencer par ces bon vieux « ayants droits (à tout)«  et les fournisseurs d’accès qui verraient leur buisness en prendre un sérieux coup dans l’aile.

« Notre technologie va bousculer pas mal de choses, y compris aux Etats-Unis. Si les gens se mettent à construire leurs propres réseaux, le business model des groupes de télécoms va s’effondrer. Il faut s’attendre à ce qu’ils contre-attaquent brutalement. » Commotion devra aussi affronter l’hostilité des majors d’Hollywood, car il peut faciliter le piratage des œuvres sous copyright. Sascha Meinrath est à la fois fataliste et optimiste : « Que ce soit aux États-Unis, au Moyen-Orient ou ailleurs, qui va mettre en place ces réseaux alternatifs ? Pas des vieux, on le sait. Ce sont les ados qui vont s’en emparer. Ils s’en serviront pour contester l’ordre établi et aussi pour partager leur musique et leurs films. Ce sera peut-être négatif pour les détenteurs de droits, mais le bilan global sera très positif. »
Sacha Meinrath qui dirige le projet espère qu’une version utilisable par le grand publique pourra être fournie d’ici fin 2012.
En attendant si vous aussi vous ne connaissiez pas commotion, je vous invite à lire l’article Le Monde qui vous en apprendra plus.
Moo !!!